ECOLE DES METIERS DE LA MER   aux  Sables d’Olonne

Héritière de l’ancienne « école des pêches »,  cette école continue de dispenser des formations qui ouvrent  à la pêche côtière ou au grand large, mais aussi à  des professions  nouvelles, tel que  le travail  à l’offshore, notamment sur les plateformes pétrolières.  L’adolescent de 15 ans peut y envisager un CAP matelot. Le marin confirmé peut y  préparer des diplômes qui donne accès  au commandant  de navire,  que ce soit à la pêche,  au commerce ou à la plaisance professionnelle.

Quelles sont les motivations qui conduisent  des élèves,  jeunes et adultes,  à cette école de statut privé, soutenue par les institutions régionales et départementales, ainsi que par la profession des marins pécheurs ?  Cela va du jeune, attiré par l’offshore, au marin  pêcheur retraité de 55 ans  qui  se sent suffisamment en forme pour  une activité du côté de la mer et des professions annexes.

L’offshore est il l’avenir ?  Aujourd’hui on embarque pour six semaines en alternance avec six semaines de repos.  Des journées  de travail  de 12 heures,  7  jours sur 7,  en des conditions de mer souvent inconfortables. La rémunération reste modérée car le salaire des six semaines de travail doit couvrir les autres  six semaines.  De plus avec des sociétés qui n’ont pas leur siège en France  la couverture sociale pour la santé  et  pour  la retraite  reste  aléatoire?

Aux  Sables d’Olonne on constate que l’ensemble de ceux qui sortent de l’école des métiers de la mer ne se consacrent pas à la pêche, mais s’orientent vers l’offshore, la plaisance professionnelle ou d’autres professions annexes.

r l’export.34-ecole-des-metiers-de-la-mer

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Nos Partenaires

OceamCOmmunauté de communes des olonnesPays de la LoirePastorale du TourismeMairie des Sables-d’Olonne RCF RadioMission de la Mer Casi 85Crédit MaritimeLe château d'olonneccfd