Selon le site www.developpement-durable.gouv.fr/-Les-peches-maritimes-et-l-.html Pêches maritimes, aquaculture et transformation des produits de la mer appartiennent à la culture et à l’identité maritime de la France : ce sont des secteurs essentiels dans la vie et l’alimentation des français, comme dans l’animation du tissu économique et social des régions littorales.
Grâce à l’étendue et à la dispersion de ses territoires ultramarins – la zone économique exclusive (ZEE) s’étend sur 11 millions de km2 – la France est le 2e domaine maritime mondial après les États-Unis. Au 4e rang de l’Union Européenne avec environ 10% des captures, la pêche française a généré 1 milliard d’€ de chiffre d’affaire en 2012 et représente 93 000 emplois directs et induits.

Une exploitation durable de nos ressources marines est nécessaire pour garantir leur pérennité et par là même la pérennité des activités de pêche. Le développement d’une pêche et d’une aquaculture durables, au travers notamment de l’innovation et la modernisation, d’une amélioration de nos connaissances dans le domaine marin, est l’axe majeur de la politique des pêches et de l’aquaculture.
Elle est mise en œuvre par la Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA), avec l’appui des services déconcentrés de l’Etat (Directions interrégionales de la mer, Directions départementales des territoires et de la mer, Directions de la mer dans les DOM, et Centre national de surveillance des pêches

Qu’en est-il dans les pertuis charentais ? Nos amis du Sud-Ouest expliquent à « la Mission de la Mer » en octobre 2016.  » A la demande des pêcheurs au niveau national un plan casse (p.s.f.) est mis en place. Seuls les navires de moins de 10 mètres du Golfe de Gascogne y ont le droit, au titre de l’anguille.
La DPMA a précisé que le déséquilibre concerne les stades anguille jaune et civelle.
Le dispositif sera valable jusqu’au 31.dec 2017. Celui-ci peut entrainer le retrait des licences et des autorisations de pêche. (Lecture des règlements f.e.a.m.p.) règlement de base à confirmer.
Quand aux sondages dans les Pertuis Charentais en vue de l’ouverture du pétoncle, ils se sont révélés négatifs malgré les nombreux secteurs sondés. Les pétoncles ne manquent pas, mais ils sont biens trop petits: cela fait 2 ans que les navires ne peuvent pas travailler aux pétoncles et Saint-Jacques à cause de mortalité. Pourquoi les pétoncles ne viennent-ils pas à maturité?
Les huitres cet été n’auraient dans l’ensemble très peu « délaité », le lait se transformant en chair, (selon deux ostréiculteurs qui ont donné la même version.) Pour Royan, la pêche aux maigres a vu de gros apports. »

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Nos Partenaires

OceamCOmmunauté de communes des olonnesPays de la LoirePastorale du TourismeMairie des Sables-d’Olonne RCF RadioMission de la Mer Casi 85Crédit MaritimeLe château d'olonneccfd